EHS Mere et enfant, de Biskra : la mise en exploitation du système 3coh prendra réellement effet sous peu pour être de règle

L’établissement hospitalier spécialisé en gynécologie, obstétrique, pédiatrie et chirurgie pédiatrique de Biskra, dont l’organisation et le fonctionnement sont fixées par le décret exécutif n° 97-465 du 2 Chaâbane 1418 correspondant au 2 décembre 1997 (Journal Officiel n° 81 du 10 Chaâbane 1418 correspondant au 10 décembre 1997, pages 10 à 14), a été créé le 1er janvier 2008 en application du décret exécutif n° 07-204 du 15 Joumada Ethania 1428 correspondant au 30 juin 2007 complétant la liste des établissements hospitaliers spécialisés.

Il convient de préciser que c’est le seul établissement public de santé qui soit spécialisé en gynécologie, obstétrique, pédiatrie et chirurgie pédiatrique de toute la wilaya de Biskra, et donc desservant toute la population concernée.

Le système informatisé de comptabilité de gestion 3COH est, selon Mme la Directrice de l’établissement, Mme REFFASSE Nabila, sans conteste, un outil de gestion d’une importance décisive, qu’il faut sans cesse développer et l’affiner.

En ce sens, il est absolument indispensable dans la modernisation de l’administration publique tant souhaitée par les pouvoirs publics, et tient, de ce fait, une place notable dans le système de fonctionnement administratif et budgétaire des établissements publics de santé.

Car, outre le fait qu’il permet une gestion des deniers publics d’une manière judicieuse et avec ménagement, il favorise une transparence permanente, un accès simplifié à toutes les étapes de sa mise en exploitation ; développe une gestion , aussi précise que possible, tout au long du processus de son exploitation ; permet une exploitation statistique destinée à dresser un bilan susceptible de faire apparaître la valeur et l’évolution du patrimoine ; donne aux gestionnaires la possibilité de suivre l’exécution du budget, au jour le jour et, donc, des résultats plus directement observés au sein des services, moyennant la fourniture de moyens requis (outils adaptés, personnes idoines, suivi pointilleux, etc.) et la mise en commun (ou une coordination) des ressources permettant in fine de faire coïncider le minimum de servitudes avec le maximum de garanties, voire un véritable « tableau de bord » dont la consultation est précieuse pour l’orientation de la gestion générale de l’établissement.

En somme, concluera Mme REFFASSE Nabila, qu’il y a pour les établissements publics de santé tout gain à suivre sa mise en application, tout risque à s’opposer à elle.

Lire la fiche de présentation de l’établissement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *