OÙ SONT PASSÉES LES « DÉCHARGES »?

OÙ SONT PASSÉES LES « DÉCHARGES »?

Certains tricoteurs nous font remarquer que 3COH ne gère pas les « décharges » comme le font certains logiciels utilisés dans le secteur de la santé.

Nous avons commencé par essayer de comprendre ce que signifie ce terme « décharge ». Une petite visite à Wikipédia nous a donné ceci :

D’une manière générale, le mot décharge désigne l’action consistant à décharger quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement le mot peut avoir différentes significations selon le contexte :

  • Dans le domaine industriel, et plus généralement des déchets (rudologie), une décharge est un lieu ou l’on entrepose les déchets. La décharge est aussi une technique permettant de répartir les charges au dessus d’un linteau par exemple.
  • 2) En architecture et construction, un tuyau de décharge ou « décharge » est un tuyau permettant d’évacuer les eaux usées.
  • En physique, le terme décharge électrique peut désigner différents phénomènes électriques ; en électricité, une lampe à décharge est une lampe électrique constituée d’un tube ou d’une ampoule en verre remplie de gaz ou de vapeur métallique, sous haute ou basse pression, au travers duquel on fait passer un courant électrique, il s’ensuit une conversion en photons donc de lumière.
  • En armement, le terme décharge désigne le tir d’une arme

Donc, aucune signification dans le domaine de la gestion hospitalière.

Il y a cependant une pratique (en Algérie) qui consiste à appeler « décharge » le transfert de biens et/ou de services d’un établissement hospitalier à un autre. Ce transfert se fait habituellement sans aucune valorisation ni compensation financière: « HOUKOUMA FI HOUKOUMA » : les biens et/ou services reçus (d’un autre établissement) n’ont aucune valeur chez l’établissement qui reçoit, même s’ils ont un coût chez l’établissement qui les a cédés !

3COH gère ces transferts en traitant la relation entre établissements hospitalier comme celles d’un fournisseur (celui qui cède) et d’un client (celui qui reçoit). Bien évidemment les biens et/ou services échangés doivent être valorisés (à leur coût) et FACTURÉS. Dans cette optique qui obéit à une rigueur comptable et aux règles d’une saine gestion, la notion de décharge (telle que comprise pendant l’ère « avant 3COH ») n’a plus de sens.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *